Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 10:45

        Avez-vous regardé la télévision ce soir du 30 novembre, où l’on voyait Hollande accueillir les chefs d’État étrangers au Bourget ? L’Iran était représenté par sa vice-présidente. Sous son voile noir elle s’avance vers le Président, s’arrête à un bon mètre, fait un salut de la tête, agit de même devant Fabius, et se précipite vers Ségolène Royal pour lui serrer la main. Elle se serait contentée aussi d’un signe de tête devant Ségolène, cela aurait paru moins bizarre, mais là on avait vraiment l’impression que les deux hommes lui apparaissaient comme des satyres qu’il était dangereux d’approcher de trop près.

        Serrer la main est en France un geste banal de politesse, auquel on est habitué depuis l’enfance. Cela ne fait donc ni chaud ni froid de toucher pendant une seconde cette part du corps, féminin ou masculin, qui est d’ailleurs la part la plus extérieure de notre corps, comme un outil spécialisé dans le rapport avec le maniement des objets aussi bien qu’avec les gens. Celles des femmes musulmanes qui refusent de toucher notre main à nous les hommes de ce pays et dans ce pays ne devraient-elles pas prendre conscience qu’elles nous traitent comme si nous étions des obsédés sexuels?

 

        Le texte ci-dessus a été écrit il y a quelques jours à la demande d’amis qui préparent une réunion de travail entre des chrétiens et des musulmans qui se connaissent assez pour débattre dans la vérité et la confiance, afin d’élucider ensemble les attitudes des deux côtés qui, volontairement ou inconsciemment, créent chez l’autre un malaise, voire de la peur.

        Mais je suis amené à prolonger la réflexion. Je viens de lire dans un journal qu’une épouse musulmane, lors d’une interview de son mari à leur domicile, n’a pas éprouvé le besoin de se voiler devant la personne étrangère à la maison, parce que le journaliste était une femme ! Ainsi, quand une musulmane comme celle-là veut que nous ne voyions aucun de ses cheveux (dans ma ville, on ne rencontre plus que ce genre de voile, les petits bandanas c’est fini), c’est parce que nous sommes des hommes. Là encore, voilà plus de 80 ans que je vois tous les jours des cheveux de femmes, cela ne me fait ni chaud ni froid car je suis un homme normal, et tenir à me cacher ses cheveux, c’est, en France, me considérer comme un dangereux obsédé ou un fétichiste.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Cher Monsieur Poirier,
il me semble qu'un geste fait en public est fait aussi (ou surtout) pour le public.
Je pense qu'il faut tenir compte de "l'image" que la vice-présidente iranienne, se sachant filmée, était soucieuse de donner à ses concitoyens, image sans doute plus importante pour elle que celle qu'elle donnait à Fabius ou à Ségolène. Ainsi le comportement de cette Iranienne s'explique peut-être davantage par le qu'en-dira-t-on que par la peur des hommes ! Le comportement des autres musulmanes que vous évoquez n'a peut-être pas des causes très différentes, dans le plus grand nombre des cas.
C'est donc plutôt le conformisme de cette attitude qui me gêne ; et dans le pire des cas, sa tartufferie. Mais il existe aussi, sans aucun doute, des femmes (musulmanes ou non) qui pensent que tous les hommes sont "des obsédés sexuels" dangereux !
Entre la volonté d'affirmer publiquement sa religion, la fierté revendicatrice de sa "culture" (comme on dit désormais), le souci de faire comme les autres, celui de se faire remarquer ou au contraire celui de passer inaperçue, la peur pathologique de l'autre sexe... il est bien difficile de dire pourquoi telle ou telle musulmane porte "le voile" et ce que cela signifie vraiment.
Au plaisir de lire votre blog si intéressant.
Marc Guillaumie.
Répondre
M
Merci cher Marc Guillaume, pour ces riches réflexions. Une précision : je ne prétends pas que celles des musulmanes qui se conduisent ainsi aient personnellement une peur pathologique des hommes. J'avance seulement que, en France, dans notre civilisation, où la poignée de mains et la vue des cheveux féminins ne font ni chaud ni froid à aucun homme normalement constitué, leur attitude a pour les hommes qu'elles croisent la signification désagréable que je dis, et je crois souhaitable que cela ne leur soit pas caché.

Présentation

  • : Michel Poirier
  • : Où il est question de grec ancien, de latin, de Pères de l'Église, de peinture (Guermaz, Colette Dubuc), de sculpture (Auliac, Manoli), d'œcuménisme ...et même de réactions à l'actualité
  • Contact

Recherche

Catégories Des Articles