Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2018 4 11 /10 /octobre /2018 12:46

Ce 10 octobre 2018 le pape François s’en est pris violemment aux interruptions volontaires de grossesse. Voici les phrases de son intervention qui ont suscité aussitôt une vive polémique :

« Interrompre une grossesse, c’est comme éliminer quelqu’un. Est-il juste d’éliminer une vie humaine pour résoudre un problème ? » « Ce n’est pas juste de se débarrasser d'un être humain, même petit, pour résoudre un problème. C’est comme avoir recours à un tueur à gages pour résoudre un problème » « Mais comment un acte qui supprime la vie innocente peut-il être thérapeutique, civil ou tout simplement humain ? »          

Traitons tout de suite la comparaison avec le « tueur à gages ». L’expression, si elle signifie quelque chose, accuse les médecins qui réalisent des IVG de le faire principalement pour l’argent. C’est évidemment absolument injuste pour un très grand nombre d’entre eux, donc c’est inadmissible. Je suis sûr que le pape s’en repent déjà, s’il a pris garde à ce que cela veut dire.

Plus importante pour le fond du débat est l’affirmation, apparemment inédite, qu’il s’agit de « se débarrasser d'un être humain, même petit ». Jusqu’ici, me semble-t-il, toutes les déclarations officielles catholiques insistaient sur la sauvegarde absolue « de la vie humaine dès sa conception », en appuyant probablement « vie humaine » sur le fait que la cellule unique provenant de la fécondation possède tous les chromosomes humains, sans oser affirmer pourtant que cette cellule unique ni l’embryon de peu de semaines seraient véritablement déjà un être humain, une personne humaine au vrai sens du mot. Certes, cette formulation officielle me paraissait un peu hypocrite, renonçant à prononcer l’expression « être humain » trop difficile à justifier, mais cherchant à susciter l’impression qu’il s’agit malgré tout de cela, pour mieux réussir à provoquer l’horreur que suscite un meurtre. François, apparemment, a sauté le pas, avec la franchise qui le caractérise et la spontanéité qui lui joue parfois des tours.

Cela m’oblige, si je veux réfléchir honnêtement, à poser la question de savoir si demeurent justifiés les arguments que je donnais dans l’article intitulé "La Vie avec majuscule, et les simples vivants : une réflexion sur l'IVG" pour penser que la conception humaine produit un organisme vivant programmé pour devenir progressivement, s’il s’implante dans l’utérus et connaît des conditions favorables de développement, un être humain, mais que dans les premières semaines et jusqu’à un moment qu’il est impossible de repérer avec certitude (et que par précaution il ne faut pas placer trop tard) il n’est pas un être humain réalisé.

Il faudra, je crois, reconnaître que le débat demeure ouvert. Car François n’a assorti le pas supplémentaire qu’il effectuait d’aucune argumentation particulière. En l’état actuel, seul un pur argument d’autorité pourrait être invoqué pour contraindre à le suivre. Les réflexions antérieures demeurent donc telles quelles sur la table. Je renvoie à

http://michel-poirier.over-blog.fr/2018/02/la-vie-avec-majuscule-et-les-simples-vivants.html ou à http://www.dieumaintenant.com/lavieavecunemajuscule.html et je recommande en plus de lire un témoignage assez bouleversant : http://www.dieumaintenant.com/sauverlavie.html.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Published by Michel POIRIER

Présentation

  • : Michel Poirier
  • : Où il est question de grec ancien, de latin, de Pères de l'Église, de peinture (Guermaz, Colette Dubuc), de sculpture (Auliac, Manoli), d'œcuménisme ...et même de réactions à l'actualité
  • Contact

Recherche

Catégories Des Articles